Stage d'été Musique-Montagne 2015, Diablerets, Lausanne, Suisse (contact e-mail)
     Direction artistique:
Christophe Gesseney

 
 
 
   
  Accueil
  English
  Deutsch
  Musique
  Midi
  Ateliers
  Concerts
  Solistes stage
  Montagne
  Organisateurs
  Conditions générales
  Renseignements pratiques
  Contactez-nous
  Logement et prix
  Inscription au stage
  Liens
  Disques
  Historique
  Liste des oeuvres
interprétées:
1992 à 2014
   
  Artistes stages précédents


Recherche sur le WEB

Google

AltaVista

Lycos
Netscape
Search.ch

Yahoo

 

 

Stage vocal Musique-Montagne aux Diablerets, Lausanne, Suisse

Attention !  Recherche sur le WEB

CURRICULUM DES ARTISTES DES STAGES PRECEDENTS
et
LISTE DES ARTISTES

(page réalisée par le stage d'été Musique-Montagne aux Diablerets, Lausanne, Suisse et mise à jour le 10/12/13, contact e-mail,)

1. Nathalie Gaudefroy - soprano - 2. Antoine Auberson - compositeur et saxophoniste - 3. Audrey Michael - soprano
4. Gilles Bersier - ténor - 5. Michel Brodard - basse - 6. Catherine Pillonel Bacchetta - mezzo soprano, alto -   7.
Natacha Ducret, soprano  - 8. Marie-Hélène Essade, soprano - 9. Jean Delescluse, ténor  - 10.  Christophe Einhorn, ténor  - 11. Jean-Baptiste Dumora, baryton  - 12. Stephan Imboden, basse    -   13. Liste des artistes des stages précédents

  1.   Nathalie Gaudefroy - soprano                                                                                                         

D'origine bordelaise, Nathalie GAUDEFROY commence ses études musicales par le violon et le piano au conservatoire de Strasbourg. Puis elle étudie le chant et obtient sa médaille d'or auprès d'Elisabeth Dillenschneider en 1998. Lauréate régionale du concours "Voix Nouvelles 98", elle obtient l'année suivante un deuxième prix d'art lyrique et le prix de l'orchestre aux "Symphonies d'automne".

Elle participe aux master-classes de Gundula Janowitz, d'Udo Reinemann et Loraine Nubar. Elle donne de nombreux récitals avec piano et crée le duo Arfana (chant et harpe) avec lequel elle remporte le premier prix au concours international de musique de chambre à Arles en 1999 ainsi que le prix de la musique française au Forum Musical à Caen en 2000.

Nathalie Gaudefroy se produit notamment à la Cathédrale de Lausanne dans la messe en ut mineur de W. A. Mozart (prestation qui a donné lieu à un enregistrement "live") ainsi qu'à la Cathédrale de Strasbourg (où elle participe à l'enregistrement de deux CD). Elle chante à Genève et Montreux dans les Passions de J-S Bach. Elle participe aux festivals de Strasbourg, Gargilesse, Wroclaw, ainsi que dans le cadre de "Musica" et de la "Opern Akademie". Elle chante également avec l'orchestre de Mulhouse.

                                                                                                                                                                                                        Juillet 2002

haut de page

     2.  Antoine Auberson compositeur                                                                                                     

Antoine AUBERSON est né le 2 juin 1957 à Lausanne, au sein d'une famille  de musiciens. Un père chef d'orchestre, une mère professeur de piano, une sœur qui deviendra cantatrice et un frère percussionniste et chanteur, constituent son biotope. Son enfance sera marquée par cet environnement créatif où le développement de son sens musical se fait par une approche sensuelle et onirique du monde sonore. C'est donc très naturellement, dans cet univers ouvert à différentes formes d'expression musicale et artistique, que le langage de la musique devient indispensable à sa communication avec le monde. La découverte, à 16 ans, de l'ouverture au métissage musical de John Coltrane lui fait choisir le saxophone qu'il commence à pratiquer en autodidacte avec des groupes épris de liberté d'expression. Il se consacre alors avec énergie à la création d'ensembles jazzistiques et fait ses premières armes dans des clubs en Suisse et en France.

A l'âge de 22 ans, motivé par un désir de perfection, il est admis dans la classe professionnelle de saxophone classique d'Yvan Roth au Conservatoire de Bâle et y découvre la discipline instrumentale classique. La personnalité sévère et exigeante de son professeur lui permet de se forger une solide technique. Il joue alors avec les formations symphoniques des orchestres bâlois B.O.G. et R.S.O.G., pour plusieurs concerts et enregistrements.

Au retour de cet épisode bâlois, il fonde et anime l'E.J.M.A., première école suisse romande de "musiques actuelles", avec quelques autres professeurs. Cette école lui permettra d'expérimenter des formes peu conventionnelles d'enseignement, et à cette occasion il dirige des Ateliers dans lesquels la créativité des élèves est très sollicitée. Passionné de pédagogie, il encourage ses élèves à développer leur imaginaire, et à dépasser leurs inhibitions. Il les fera et les fait se produire à maintes reprises en public.

La rencontre, en 1985, avec Philippe Mentha, le metteur en scène et directeur du Théâtre Kleber-Méleau à Lausanne, marquera son entrée dans le théâtre et la musique de scène. Il trouvera là un magnifique territoire à explorer. En effet, les exigences du théâtre lui feront rencontrer une variété de genres inhérents à différentes époques et l'amèneront à se documenter en profondeur. Dès lors, il signe régulièrement des musiques pour toutes formes d'orchestrations et de styles, et prend en main la direction d'acteurs pour leurs partitions musicales.
Une autre rencontre très importante est celle avec l'acteur et metteur en scène Bruce Myers qui l'initie à des formes théâtrales plus contemporaines (notamment Peter Brook) et à l'approche très fructueuse des fameux "training".
En 1986, Claude Goretta lui passe commande d'une musique pour son film "Le rapport du gendarme". Ce travail marque le début d'une collaboration durable entre les deux hommes et, de façon plus générale, d'une rencontre fructueuse entre le compositeur et le 7ème Art. A l'instar de ses maîtres, Nino Rota et Bernard Hermann, il trouve dans le cinéma une occasion d'affiner un certain lyrisme, de développer ses qualités de mélodiste et d'intégrer l'art de la sobriété.

Privilégiant les musiques acoustiques, luttant contre l'envahissement des synthétiseurs-décorateurs, il oriente résolument ses créations dans le sens d'une fusion stylistique. S'inspirant de mélodies yiddish, bulgares ou irlandaises, il cherche l'expression la plus directe, la plus pure, des émotions. Cette tendance se concrétise parfaitement dans le Comedy Quartet qu'il fonde en 1991 en s'entourant de musiciens d'origine classique ou complètement autodidactes. Parallèlement, il continue à jouer au sein d'autres formations, renouant notamment avec le jazz libre en compagnie d'Alex Theus.

En 1996, sa carrière est ponctuée par un nouveau défi : la commande d'une œuvre, en plusieurs tableaux, pour fanfare militaire, orchestre à cordes, harpe et saxophone. Cette création, présentée à l'Octogone de Pully en avril 1997, reste une expérience unique, riche en échanges et en découvertes, tant pour l'auteur que pour les musiciens.

En 1999, il met sur pied, en compagnie d'une artiste peintre, une nouvelle relation à sa musicalité: "l'un dans l'autre ", travail de recherche picturale sonore qui verra une réalisation à la fondation "L’Estrée" à Ropraz en Janvier 2000. Là encore seront expérimentés des rapprochements entre musiciens classiques, la musique ancienne, l'improvisation cadrée et la peinture.

En 2001 on lui passe commande d'une oeuvre libre pour chœur et orchestre. Il livrera une création pour cet ensemble et deux solistes: "Sept états de l'âme" basée sur la modalité, oeuvre dans laquelle il joue sur les sonorités sœurs du saxophone soprano et de la voix soprano. (Création mondiale à la cathédrale de Lausanne en juillet 2001)

Parallèlement à ces spectacles ponctuels, Antoine Auberson continue sa carrière de musicien pour l'image avec notamment les films "A Synagogue in the Hill "de F.Rickenbach et "Stille Liebe" de C. Schaub.

(10ème stage, 2001) contact avec Antoine Auberson ++41 (0)24.441.92.56     

 haut de page

   3.  Audrey Michael, soprano                                                                                                 

wpeC.jpg (4571 octets) Née à Genève, Audrey Michael fait ses études à la Hochschule de Hambourg où elle obtient son diplôme d'opéra en 1976. Elle rejoint la troupe de l'Opéra de cette ville et y chante de nombreux rôles. De 1981 à 1985, elle fait partie de la troupe de l'Opéra de Dusseldorf et y interprète notamment Mélisande, Pamina, Suzanne, Elisabeth (L'Elégie pour de jeunes amants de Henze), etc.

Herbert von Karajan l'invite à chanter dans la production de Parsifal au Festival de Pâques de Salzbourg ainsi qu'à son enregistrement avec la Philharmonie de Berlin. Sous la direction de Lorin Maazel, elle participe à l'enregistrement de Luisa Miller puis avec Carlo-Maria Giulini à celui de Rigoletto.

Elle fait ses débuts au Festival d'Aix-en-Provence dans L'Orfeo de Monteverdi dirigé par Michel Corboz et mis en scène par Claude Goretta, qui réalise un film à partir de cette production. A Genève, elle chante Les Sept péchés capitaux, à Mannheim la Comtesse (Les Noces de Figaro), à Nancy Mélisande, à Francfort Micaela (Carmen) ainsi que Titania (Songe d'une nuit d'été de Britten), à Lausanne Monica (Le Medium aux côtés de Régine Crespin), Sextus (La Clemenza di Tito de Gluck), qu'elle incarne à nouveau au Théâtre des Champs-Elysées...

Très demandée,  Audrey Michael chante sous la direction de grands chefs d'orchestre: La Création de Haydn avec Ferdinand Leitner, les Vêpres de Monteverdi ou Elias de Mendelssohn avec Michel Corboz, La Messe en ut de Mozart avec Armin Jordan...
                                                                                                                                                                                      (10ème stage, 2001)

haut de page

   4.  Gilles Bersier, ténor                                                                                                

wpeC.jpg (9017 octets) Né à Londres, le ténor Gilles Bersier découvre le chant avec "Les Petits Chanteurs de Fribourg" dirigés par Pierre Kaelin. Il obtient sa licence
en musique à l’université de Tucson, Arizona où il a eu l’occasion de chanter dans Street Scene (Lippo) de Kurt Weill, La Veuve Joyeuse (St-Brioche) de Lehar, A Hand of Bridge de Barber, Der Schauspieldirektor de Mozart et Hin und Zurück de Hindemith.

Sur scène, Gilles Bersier a récemment joué le comte dans Le Barbier de Séville de Rossini et Alfredo dans La Traviata de Verdi pour une présentation de scènes d’opéra avec le Westport Art Center. Il a également interprété le rôle titre dans La Clemenza di Tito avec le West Side Opera de New York.

En concert, Gilles Bersier a interprété le Te Deum de Bizet et Les Sept Paroles du Christ en Croix de Franck avec le Choeur Symphonique de Fribourg avec lequel il a aussi chanté le Requiem et la Messe du Couronnement de Mozart, le Stabat Mater de Dvoràk, ainsi que La Création de Haydn.

Cette saison, Gilles Bersier interprétera Ferrando dans le Cosi fan tuttè de Mozart ainsi que Rodolfo dans La Bohème de Puccini, tous deux avec l’ Opera Forum de New York. Cet été, Gilles Bersier fera ses débuts en Italie où il sera Tamino dans La Flûte Enchantée de Mozart avec le New Opera Festival di Roma.

Gilles Bersier a donné de nombreux récitals en Suisse et aux Etats-Unis, et il collabore actuellement avec Dalton Baldwin pour ses engagements futurs.

(10ème stage, 2001)                              Contact avec Gilles Bersier:  gilles@suffixmail.com

haut de page

   5.  Michel Brodard, basse                                                                                                

Après l'obtention de sa virtuosité de chant au Conservatoire de Fribourg (CH), avec la mention "Summa cum laude, avec félicitations du jury", Michel Brodard s'engage dans une intense carrière de concertiste. Il participe à de nombreux concerts et festivals en Suisse, Allemagne, France, Espagne, Italie, Pologne, Israël, Argentine,  au Portugal, etc. sous la direction de grands chefs tels que Michel Corboz, Igor Markévitch, Edwin Loehrer, Horst Stein, Yehudi Menuhin, Armin Jordan, Helmuth Rilling, Michel Plasson, Philippe Herreweghe, Jean-Claude Malgoire, Jesus Lopez-Cobos, Neeme Järvi, Marcello Viotti, Fabio Luisi ...

Des grandes oeuvres (oratorios, passions, messes ...) à des oeuvres souvent méconnues du grand public, son répertoire est très vaste et il chante aussi bien la musique ancienne que contemporaine. Ses interprétations lui valent de vives louanges et l'adhésion du public.

Cathédrale de Vaison-La-Romaine: Magnificat de Bach - Dir. Arthur Carneiro. Concert à Gruyères en 1992. Plusieurs compositeurs actuels (Théo Flury, Edouard Garo, Michel Hostettler, Marcel Landowski, Laurent Mettraux, Norbert Moret, Oscar Moret, Andreas Nick, Andreas Pflueger, René Oberson, François Pantillon) ont fait appel à lui pour la création de nouvelles oeuvres dont certaines ont été écrites spécialement pour lui. L'oeuvre de Fritz Voegelin  "Zone", pour basse solo, instruments et choeur, commande de RSR-Espace 2 enregistrée en juillet 1993, a remporté le prix Gilson Musique 1993 à Montréal.

A l'opéra, il chante de nombreux rôles dans des oeuvres de Paisiello, Rossini, Cimarosa, Donizetti, Gluck, Bizet, Purcell et Britten (Le viol de Lucrèce, Albert Hering et Owen Wingrave mis en scène par François Rochaix). Il remporte en particulier tous les suffrages pour son interprétation du rôle-titre dans Owen Wingrave de Britten. Noé au Théâtre de Mézières

Dans le domaine du disque, il a enregistré des oeuvres de Monteverdi, Bach, Schubert, Ravel, etc. notamment sous la direction de Michel Corboz, Armin Jordan, Helmuth Rilling, Neeme Järvi ...  Depuis 1997, M. Brodard enseigne le chant à la Musikhochschule de Lucerne.

Christiane Brodard
                                                                                                            (7ème stage, 1998 et 10ème stage 2001)

haut de page

  6.  Catherine Pillonel Bacchetta, mezzo-soprano, alto

wpe8.jpg (38249 octets)   D'origine Née à Neuchâtel, Catherine Pillonel Bacchetta a étudié le chant au Conservatoire de La Chaux-de-Fonds, puis au Conservatoire de Lausanne auprès de Katharina Begert, études couronnées par un prix de virtuosité en mars 2001. Lauréate de la Fondation Colette Mosetti en 1997, elle a eu l’occasion de perfectionner sa formation auprès de Laura Sarti, Christa Ludwig, Hugues Cuénod et James Bowman, ainsi qu’en stage à Berlin sur invitation du professeur Dietrich Fischer-Dieskau. En 1999, son succès au concours des lauréats du Conservatoire lui a donné l’occasion d’interpréter Mozart avec l’Orchestre de Chambre de Lausanne sous la baguette de Jonathan Darlington.   Catherine Pillonel Bacchetta continue de se produire régulièrement en qualité de soliste, que ce soit en concert ou en récital ; elle trouve actuellement, sous la baguette de chefs tels que Michel Corboz, Hervé Klopfenstein, John Duxbury ou Christophe Gesseney, de nombreuses occasions de s’exprimer dans le domaine de l’oratorio. Sur scène, sa formation lyrique, conduite notamment par Gary Magby, Alain Garichot et Stephan Grögler, lui permis de collaborer avec l’Opéra de Fribourg, le Théâtre du Jorat (« Mozart & Salieri ») et l’Opéra de Lausanne, où elle a récemment abordé le rôle de Didon dans « Didon & Enée » de Purcell. Elle se consacre également avec      bonheur à un répertoire plus contemporain (« Pierrot Lunaire » de Schönberg, œuvres de Cage, Berio ou Kurtag) ainsi qu’à des créations d’oeuvres de compositeurs suisses comme Sylvie Courvoisier ou, tout dernièrement, Sirvart Kazandjian.
                                                                                                           Contact :
  c_pillonel@hotmail.com

   7. Natacha Ducret soprano

wpe10.jpg (57685 octets)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Née à Genève, Natacha Ducret débute très tôt sur scène dans des rôles d’enfants, puis élargit son répertoire au gré de ses envies et de ses rencontres à l’oratorio, au lied et à la musique contemporaine.

Durant ses études de chant au Centre de Musique Ancienne de Genève, au Conservatoire de Lausanne (où elle obtient, en juin 1998, un Premier Prix de Virtuosité avec félicitations du jury), et au Guildhall School of Music and Drama de Londres, elle travaille avec Pierre-André Blaser, Laura Sarti, Gabriel Garrido, Philip Pickett, David Roblou et Eric Tappy. Depuis septembre 2001, elle se perfectionne auprès de Gary Magby.

Elle est membre depuis 1999 de l’Ensemble Daedalus (Roberto Festa), ainsi que de l’ensemble de musique contemporaine Séquence (Laurent Gay). Elle est aussi membre fondatrice, avec Philippe Despont, de l’Ensemble La Commedia del Mondo et forme un duo avec Dominique Lipp-Lehner (pianiste).

On peut l’entendre en tant que soliste dans les salles de concerts et les festivals européens les plus réputés avec notamment : Barockorchester Frankfurt, Capriccio Basel, Ensemble 415, Ensemble Vocal et Instrumental de Lausanne, La Fenice, Orchestre de Chambre de Genève, Orchestre de Chambre de Lausanne, Orchestre du Festival Amadeus, Piguet Consort…Sous la direction de chefs tels que : Chiara Banchini, Véronique Carrot, André Charlet, Michel Corboz, Dominique Debart, André Ducret, John Duxbury, Fernando Eldoro, Laurent Gendre, Joachim Martini, Blaise Plumettaz, Emilio Pomàrico…

Son répertoire solistique comprend des œuvres telles que : Passions, Cantates pour soprano solo de Bach et Haendel, Requiem et Messe en ut de Mozart, Petite Messe Solennelle de Rossini… Elle a notamment participé à la création de plusieurs œuvres contemporaines (Rainer Boesch, Benoît Corboz, Wen Dequing, …), dont deux cycles de mélodies écrites pour elle par Michel Hostettler.

Natacha Ducret a travaillé sur scène avec des metteurs en scène comme François Rochaix, Vincent Tavernier et Adam Pollock. Sa discographie comprend les Vêpres aux Jésuites de Charpentier (Cascavelle); Deborah de Haendel (Naxos); « Saturne et la polyphonie  (Accent) ; « Cantate e ariette a voce sola » de Barbara Strozzi (Cascavelle).

L’année 2003 la verra pour la première fois à l’Opéra de Lausanne dans Medeamaterial de Dusapin, sous la direction de Nicolas Chalvin.

   8. Marie-Hélène Essade, mezzo-soprano

 

 

 

 

 

Marie-Hélène Essade étudie le piano et le chant au Conservatoire de Musique de Lausanne. En juin 1995, elle obtient un Premier Prix de Virtuosité avec Félicitations du Jury dans la classe de Marie-Thérèse Mercanton. La même année, elle reçoit le Prix de la Fondation Kiefer-Hablitzel et une bourse de l’Association suisse des Musiciens. Elle travaille alors avec Maria Diaconu et suit des Masterclasses auprès de Eric Tappy, Hugues Cuénod et Anthony Rolfe-Johnson. Membre de l’Ensemble Vocal de Lausanne, dirigé par Michel Corboz, elle effectue de nombreux concerts, enregistrements et tournées, et poursuit depuis une carrière de soliste.

Son répertoire touche l’oratorio (Charpentier, J.S. Bach, Haendel, Vivaldi, Saint-Saëns, Schumann, Duruflé, L. van Beethoven, etc.), l’opéra (Les Noces de Figaro de Mozart, Les Maîtres Chanteurs de Wagner, L’Enfant et les Sortilèges de Ravel, L’Ivrogne corrigé de Glück, La Périchole d’Offenbach, etc.) et la musique contemporaine (Ligeti, Bartok, Berio, etc.). De 1997 à 1999, elle travaille au Lyric Opera House de Chicago et se perfectionne auprès de Barbara Pearson. Elle réside ensuite une année à Rome où elle collabore avec Flavio Colusso et son Ensemble instrumental baroque Seicentonovecento. Elle a enregistré pour la firme Dinemec la Messe de Stravinsky avec l’Orchestre du Festival Amadeus, dirigé par Laurent Gay. On la retrouvera cette saison dans divers concerts en Suisse, notamment au Théâtre de Vevey dans les “ 400 Coups de l’Opéra ”. Ses prochains projets comprennent entre autres les “ Vêpres ” de C. Monteverdi sous la direction de M. Corboz, le “ Requiem ” de W. A. Mozart avec l’OSR sous la direction de Luc Baghdassarian; en décembre 2003, elle sera dirigée par Christophe Rousset dans “ Roland ” de Lully à l’Opéra de Lausanne.

   9. Jean Delescluse, ténor

wpe10.jpg (3571 octets)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean-Delecluse est né à Lyon.  Diplômé d’ une école de commerce, il étudie  parallèlement le piano et la voix au conservatoire de Lyon.

Il a commencé comme vérificateur financier à l'Opéra de Lyon où il a été bientôt remarqué et sollicité pour entrer à l'Atelier Lyrique. Pendant cinq ans il a chanté Alfred (die Fledermaus), Flout (A Midsummer Night's Dream), Basilio (Le Nozze di Figaro) dans la version française..

Il a interprété ces oeuvres sous la direction de Kent Nagano, John Nelson, Stuart Bedford, Paolo Olmi, Claire Gibault.

 Il s'est depuis lors illustré comme un "Spieltenor", en France et à l'étranger : il était l'hôte des Festivals d’Aix-en-Provence et du festival Berlioz et a chanté sur des scènes renommées telles que Nice, Lyon, Rennes, Saint-Etienne, Bordeaux, Paris (Châtelet et Opéra Comique). Il a aussi régulièrement chanté pour l’ Orchestre National d’Ile  de  France, l'Orchestre National de Lille, l'Orchestre National de Metz, l'Orchestre de Radio de Leipzig, l'Orchestre Symphonique de Montréal, les Musiciens du Louvre, les Arts Florissants... Sous la direction de chefs célèbres comme Marc Minkowski, Jacques Mercier, Charles Dutoit, Serge Baudo, Jean-Claude Casadesus, William Christie, Michel Plasson...

Jean Delescluse  s'est en outre consacré aux répertoires baroques et classiques; il était l'évangéliste de la Passion selon St Matthieu à Leipzig Gewandhaus aussi bien que Berlin et Halle, le narrateur de l'Enfance du Christ à Hambourg sous la direction de Christoph Eschenbach. Il a chanté avec  Gérard Lesne ( Seminario  Musicale) et avec Jean-Christophe Frisch ( Ensemble des Lumières XVIII-21). En outre, il a exécuté des oratorios classique en France, en Suisse  et en Allemagne.

D'autre part, Jean Delescluse a eu un rapport extrêmement proche avec la mélodie française et le Lied allemand , travaillant particulièrement avec son ami et  distingué accompagnateur Alexandre Tharaud.

Jean Delescluse était aussi le créateur de plusieurs récitals thématiques en collaboration avec des acteurs et des producteurs. Il a prêté sa voix à Eric Satie, Max Jacob, Claude Debussy, Raymond Queneau à la Bibliothèque Nationale française, à la  Philharmonie de Bruxelles et dans l'Estonie. Il a récemment exécuté die Schöne Magelone  de Brahms et des quartets vocaux de Brahms et de Schumann au Festival de L'Empéri, avec Michel Dalberto et Eric Lesage.

Parmi ses projets, citons : Les Nuits d'été au Musée de Grenoble, un récital de Satie avec Alexandre Tharaud à Bruxelles, l'Heure Espagnole avec l'Orchestre National de  Lorraine, Les Sept Péchés mortels (Kurt Weill) avec l'Orchestre National de Lille, les  Psaumes de Marcello au Festival Ambronay avec Jean-Christophe Frisch, L'Enfance du Christ avec Jean-Claude Malgoire, la Messe de Berlioz.

   10. Christophe Einhorn, ténor

wpeF.jpg (25641 octets)
C'est au Conservatoire de Strasbourg, dans la classe d'Elisabeth Dillenschneider, que Christophe Einhorn obtient une médaille d'or de chant. Parallèlement, ses études universitaires aboutissent à une licence en musicologie. Par la suite, il fait partie du Studio Versailles Opéra, dirigé par René Jacobs et Rachel Yakar. Depuis, il se perfectionne avec Ernst Haefliger, Nicolai Gedda et Scot Weir.

Christophe Einhorn fait ses débuts sur scène au Théâtre des Champs-Elysées, dans Giasone de Cavalli. Il aborde par la suite de nombreux rôles : Acis dans Acis et Galatée de Haendel, Castor dans Castor et Pollux de Rameau, Clotarco dans Armida et Nencio dans l'Infedeltà Delusa de Haydn, Don Henrique dans Les Diamants de la couronne d'Auber, Gonzalve dans L'Heure Espagnole de Ravel, Tanzmeister dans Ariadne auf Naxos de R. Strauss, jusqu'aux compositions les plus contemporaines, telles que les Nouvelles histoires sacrées produites par l'ARCAL.

Son répertoire de prédilection reste cependant l'oratorio : Le Messie de Haendel, La Création de Haydn, Elias et Lobgesang de Mendelsohn. Christophe Einhorn est avant tout spécialiste de Bach, tant pour les oratorios, les cantates, le Magnificat, la Messe en Si, que pour les Passions qu'il interprète le plus souvent. À l'occasion d'une Passion selon Saint-Jean, le journal bernois der Bund, reconnaît en lui L'Evangéliste .

Il est l'invité de nombreux ensembles, et se produit en outre avec l'orchestre de la Suisse Romande, la Camerata Bern, l'orchestre de chambre et l'Ensemble vocal de Lausanne, le SWR Radio-Sinfonieorchester Stuttgart ainsi que dans le cadre des Festivals de Schwetzingen, du Schleswig-Holstein et de Leipzig. Christophe Einhorn a travaillé, entre autres, avec Roy Goodman, Hervé Niquet, René Jacobs, Christophe Coin, Leopold Hager, Pierre Cao, Michael Schneider, Martin Gester, Joshua Rifkin, Helmuth Rilling, Michel Corboz.

En février 2002, il sera en tournée au Japon avec le Requiem de Mozart et la Passion selon Saint-Jean de J.-S. Bach sous la direction de Michel Corboz. Par la suite, il se produira dans la Flûte enchantée de Mozart sous la baguette de Sigiswald Kuijken.

À son actif figurent plusieurs enregistrements radiophoniques et TV ainsi qu'une discographie comprenant notamment : Castor et Pollux de Rameau, Kantate BWV 78 et Messe BWV 236 de J.-S. Bach, Stabat Mater de Beck, Renard et Les Noces de Stravinsky, Le Mystère de la Nativité de Frank Martin, Les Diamants de la couronne d’Auber, ainsi que Pierre le Grand de Grétry.

haut de page

  11. Jean-Baptiste Dumora, baryton

Soliste dès l'âge de douze ans au sein d'un chœur d'enfants, Jean-Baptiste Dumora poursuit sa formation au Conservatoire national de région de Lyon puis au Conservatoire national supérieur de musique de cette même ville, parallèlement à une licence de musicologie.

En 1991, il entre à l'Opéra National de Lyon où il passe trois ans à l'Atelier Lyrique avant d’intégrer la troupe jusqu’en 1998. Il y travaille avec José Van Dam, François Le Roux, Andreas Schmidt, Anthony Rolfe-Johnson, Howard Crook,... Il se produit alors régulièrement sur cette scène ainsi qu'en tournée en France notamment à l'Opéra Comique et à l'étranger, Scala de Milan, Turin, ou encore Verbier en Suisse.
Il interprète le rôle de Papageno dans Une petite flûte enchantée, Morales dans Carmen, le père dans Hänsel et Gretel, Junius dans Le Viol de Lucrèce de B. Britten, Zaretsky dans Eugène Onéguine de Tchaïkovski, etc.

Plus récemment, il collabore avec l'Arcal et Christian Gangneron pour Guglielmo dans Così fan tutte, Castor dans Castor et Pollux de J.-P. Rameau ou encore l'ami dans Le Pauvre Matelot de D. Milhaud.
En 2002, il interprète le rôle de la Seine dans la Senna festeggiante de Vivaldi dans le cadre du bal de l'X.
Il se rend à Okayama au Japon pour le rôle-titre de l'Orfeo de Monteverdi avec des musiciens du Bach Collegium Japan.

Il se produit régulièrement avec des ensembles spécialisés dans la musique baroque : le Concert Spirituel, les Talens Lyriques, les Paladins, Hamadryade, la Fenice, Akademia, le Concert de l'Hostel Dieu, les Sauvages,...
On a pu l'entendre dans des festivals tels que : Ambronay, la Chaise-Dieu, le festival d'Ile-de-France, le festival d'Utrecht, etc.
Avec l'ensemble XVIII-21 et dans le cadre des Chemins du baroque, il a enregistré un disque de musique sud-américaine suivi d’une tournée au Brésil et en Bolivie.

Il a souvent interprété les Requiem de Mozart, Fauré, Duruflé et Brahms ainsi que l'Enfance du Christ de Berlioz ou encore la Missa di Gloria de Puccini.

Jean-Baptiste Dumora mène parallèlement une carrière de récitaliste avec une affection toute particulière pour la mélodie française. Il a enregistré l'intégrale des mélodies d'André Messager accompagné par Didier Puntos et paru chez Séléna, ce disque a été sélectionné par l'Académie Charles Cros en 2001.
Il s'est notamment produit avec Didier Puntos, Stéphane Petitjean, Bruno Robillard, Françoise Tillard, Hélène Lucas, le Quatuor Debussy....
 

haut de page

  12. Stephan Imboden, basse

 
Stephan Imboden débute sa formation musicale à 7 ans auprès de la Schola des Petits Chanteurs de Sion (Suisse). Après des études de piano et de hautbois, il poursuit ses études au Conservatoire de Lausanne dans la classe de Juliette Bise où il obtient un diplôme d'enseignement ainsi qu'un 1er prix de virtuosité avec félicitation du jury en 1987. Il complète sa formation à l'Opéra de Lyon puis se perfectionne dans la musique baroque française à Versailles (Paris).

Son expérience musicale et scénique s'étend de la musique baroque à la musique contemporaine. Stephan Imboden est appelé comme soliste pour de nombreux concerts et opéras en Suisse, en Europe et au Japon par des chefs réputés tels que: Philippe Bender, Michel Corboz, Jesus Lopez-Cobos, Gabriel Garrido, Martin Gester, René Jacobs, Armin Jordan, Louis Langrée, Jean-Claude Malgoire, John Nelson, Hervé Niquet, Andrew Parott, Jersy Semkow, Tibor Varga....

En 2003, Stephan Imboden va interpréter les grandes oeuvres du répertoire d'oratorio telles que les Passions de J. S. Bach, le Requiem de W. A. Mozart, les Vêpres de C. Monteverdi, etc. En 2004, il sera "Colline" dans la Bohème de G. Puccini et "Bartolo" dans le Barbier de Séville de G. Rossini.

A son actif figurent plusieurs enregistrements radio et TV ainsi qu'une discographie CD comprenant des oeuvres de Bach, Bassani (Diapason d'Or), Brahms, Carissimi, Charpentier, Monteverdi, Mozart, Pendelton, Rameau, Saint-Saens et Stavinsky.

haut de page
 

   13.   Liste des artistes des stages précédents                                                                                                

Les solistes      

.

Les instrumentistes

Recherche sur le WEB
Google

Advalvas  - AlltheWeb - AltaVista - Altavista Belgique - Altavista Canada - AltaVista - Suisse - Bluewin - Beaucoup - Canada.com  - Excite Canada - Excit Search Performance - Fouillez Tout - Francité - Francité Monde - Francité France - Francité Québec  - Francité Suisse - Francité Belgique - Francophone.ch - Google Canada - HotBot - HotBot France - Kagibi - kartoo - QuickLinks.ch - Lycos - Lycos Suisse - Lycos France - My Excite - Netscape - Nomade.fr - Référence.ch  - Romandie.com  - Search.ch - Search Canada - Sharelook - Sharelook Belgique - Tout Québec - Voila - Voila Belgique - Walabi - Web Guide - Web Belge - Welcome to the Inktomi Search Engine  - Yahoo - Yahoo! Belgique - Yahoo Canada - Yahoo! Suisse

       Dernière modification: 10/12/13

© 2001-2003, Stage choral d'été Musique-Montagne, Diablerets, Lausanne, Suisse - Tous droits réservés

haut de page